Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Recherche

27 septembre 2006 3 27 /09 /septembre /2006 00:44

 

 

 

LA NATATION

 

 

   

 

En natation, le souffle est très important, et le "coffre" d'un nageur représente sa capacité respiratoire en général. Vos poumons sont au centre de ce souffle. Mais savez vous qu'il ne sont pas semblables? Ils n'ont ni la même taille, ni la même structure!

 

 

Le poumon est un organe segmenté : il est tout d'abord découpé en lobes par de profonds sillons, les scissures. Le poumon gauche ne possède que deux lobes, supérieur et inférieur, séparés par une scissure fortement oblique en bas et en avant; le poumon droit présente une scissure analogue, qui isole le lobe inférieur, le reste du parenchyme est partagé par la petite scissure, horizontale, en lobe supérieur et le lobe moyen.

 

 

les différentes nages:

 

 

Pendant plus de cinquante ans, la nage dite libre sera dominé par l'ove arme stroke, puis au fil des compétitions les techniques se sont améliorées allant jusqu'à créer de nouvelles nages:

 

 

  • LE CRAWL

     

Ce style fut très vite adopté pour les épreuves dites de "nage libre", car c'est le plus rapide. A l'origine, cette nage, dénommée l'over, se pratiquait sur le côté, puis l'Anglais John Truger opta pour une nage ventrale dans laquelle la propulsion se fait en ramenant alternativement les bras en avent au dessus de l'eau. Dans les compétitions, le concurrent peut utiliser n'importe quelle variante du crawl, et, que ce soit au virage ou à l'arrivée, le nageur peut toucher le mur de la piscine avec n'importe quelle partie du corps.

 

 

  • LA BRASSE

     

La brasse, nage ventrale qu'on apprend dès le plus jeune âge du fait de sa facilité, évoque les mouvements de la grenouille: dans un premier temps, le corps est allongé à plat dans l'eau, jambes et bras tendus, puis les bras sont ramenés sous le corps, mains jointes et coudes "effacés"; dans un second temps, les jambes amorcent une flexion puis s'ouvrent pendant que les bras s'allongent vers l'avant, ensuite les jambes, allongées se referment. Les nageurs de compétition, afin de gagner de la vitesse, s'inspirèrent de la nage papillon avec une nage en complète immersion. Cependant, en 1957, FINA interdisait cette variante: il était obligatoire d'avoir en permanence une partie de la tête hors de l'eau. En 1986, cette règle fut amendée. Si le nageur est toujours obligé de sortir sa tête de l'eau à chaque mouvement de bras, il peut cependant s'immerger totalement.

 

 

  • LE DOS CRAWLÉ

     

En 1912, aux jeux de Stockholm, l'Américain Harry Mebner introduisit une nouvelle nage: au lieu du dos brassé, il nagea en dos crawlé. Il ne fut pas disqualifié, car, selon le comité olympique, il avait durant toute la course nagé sur le dos. Le dos crawlé est une sorte crawl inversé: le nageur est sur le dos, la tête dans le prolongement du corps, et le battement de ses jambes est très important.

 

 

  • LA BRASSE PAPILLON

     

Cette nage très particulière fut créée en 1926 lorsque, dans les épreuves de brasse, l'Allemand Erich Rademacher, à la fin de chaque longueur de bassin, ramenait ses bras en avant et au dessus de l'eau. Cette nouvelle technique, malgré les protestations des autres concurrents, ne fut pas sanctionnée, car elle n'était pas contraire à la réglementation de la FINA, qui quelques années plus tard codifia cette technique comme une nouvelle nage. Cependant, le passage de la brasse classique à la brasse papillon au cours d'une épreuve n'est plus autorisé.

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Articles Récents

Liens